3

comite-05-e1494359691901.png

Comité bioéthique

comite-06-e1494359679513.png

Comité Perspective d'avenir

comite-07-1-e1494359602359.png

Comité scolaire

comite-02-e1494359709853.png

Comité financement

comite-08-e1494359665554.png

Comité vie associative

comite-04-e1494359730322.png

Comité soutien à la famille

comite-01-e1494359718658.png

Comité loisir

comite-03-1-e1494359635314.png

Comité transport

comite-10-1-e1494359645672.png

Comité ressources résidentielles

comite-09-e1494359654180.png

Comité adaptation du système judiciaire et des services correctionnels

Comité bioéthique

Mission : Alimenter la permanence et le conseil d’administration dans leur travail et leurs décisions sur différentes questions bioéthiques touchant la déficience intellectuelle telles que le dépistage prénatal de la trisomie 21, l’euthanasie, le suicide assisté, etc.

Comité Perspective d’avenir

Mission : le Comité perspective d’avenir oriente ses activités selon cinq pôles d’activités distincts.

1.Promouvoir le principe de la vie autonome pour les adultes présentant une déficience intellectuelle et soutenir les familles dans ce cheminement.

2.Exercer les pressions nécessaires sur le plan politique afin d’augmenter le revenu des personnes vivant avec une déficience intellectuelle et, parallèlement, de réduire les contraintes encourues par le programme de solidarité sociale.

3.Aider les familles à planifier la mise en place de moyens concrets qui permettront d’assurer une qualité de vie matérielle, sociale et affective pour leur fils ou fille ayant une déficience intellectuelle.

4.Organiser les soirées «Planifier l’avenir» (fiscalité, fiducie testamentaire, régimes de protections, loisirs et vie communautaire, travail, vie affective, etc.) à l’attention des parents de jeunes et d’adultes ayant une déficience intellectuelle.

5.Distribuer le Guide sur la fiducie testamentaire pour le/la bénéficiaire recevant des allocations ou prestations du programme de solidarité sociale.

Comité scolaire :

Mission : Le Comité scolaire offre du support aux parents qui désirent amorcer un processus de plainte portant sur la scolarisation de leur enfant en classe « régulière », « adaptée » ou autre.

Ce comité a également pour mission d’offrir aux parents l’information et le soutien nécessaire à la préparation de dossiers ou encore leur représentation dans l’école ou la commission scolaire fréquentée par leur enfant.

Finalement, le comité reconnaît les écoles inclusives par la remise d’un certificat décerné par un parent satisfait des services reçus pour son enfant en classe régulière. Il est également chargé de diffuser le Guide sur les litiges en milieu scolaire « L’école et les droits de votre enfant ».

Comité financement

Mission : Rechercher de nouveaux partenariats ainsi que de nouvelles sources de financement via différentes activités de démarchage et de réseautage. Le comité s’occupe aussi de l’organisation d’activités de levée de fonds.

Comité vie associative

Mission : Développer le sentiment d’appartenance des membres envers l’Association en favorisant la participation des parents aux diverses activités et instances de l’Association.

Ce comité à également comme tâche de recruter de nouveaux membres et militants pour l’AISQ et d’organiser des activités de vie associative telles que l’activité de la rentrée, le Souper de Noël, la soirée dégustation vins et fromages, le rassemblement des bénévoles, l’assemblée générale annuelle, etc.

Comité parent-soutien

Mission : Recevoir et traiter les demandes d’information et de référence sur l’accès aux programmes et services, en plus d’accompagner les familles dans des dossiers de plaintes.

Le comité a également pour mission de s’assurer que les parents d’enfants présentant une déficience intellectuelle ont accès au soutien nécessaire à l’accomplissement de leur rôle familial.

Finalement, le comité parent-soutien étudie les questions relatives au répit-dépannage, au gardiennage, au maintien à domicile et aux services de surveillance au secondaire pour les élèves vivant avec un handicap et qui sont âgés de 12 à 21 ans.

Comité loisirs

Mission : S’assurer que les jeunes présentant une déficience intellectuelle aient accès aux loisirs de leur quartier respectif.

Le comité participe également à des rencontres concertées avec le milieu associatif et certains organismes publics, notamment la table de concertation loisir de la Capitale-Nationale.

Comité transport

Mission : Assurer un rôle de représentation et exercer les pressions politiques nécessaires afin que toute personne présentant une déficience intellectuelle puisse avoir accès au transport scolaire et public (régulier ou adapté ) que requiert son intégration sociale.

Le comité a également pour fonction d’offrir de l’information et du support aux parents qui désirent amorcer un processus de plainte en ce sens.

Comité ressources résidentielles

Mission : accompagner et soutenir les parents désireux de planifier la vie résidentielle de leur enfant.

Historiquement, l’AISQ s’est mobilisée contre le syndrome « pas dans ma cour » subi par certaines résidences nouvellement installées dans un quartier dont le voisinage s’oppose vivement à l’accueil des personnes vivant avec une déficience intellectuelle ou physique, un trouble envahissant du développement ou une problématique de santé mentale.

Comité adaptation du système judiciaire et des services correctionnels

Mission : s’assurer du développement d’un cadre légal juste et efficient qui convient aux personnes ayant un problème de santé mentale et qui doivent faire face à la justice.

En collaboration avec les organismes du milieu, l’AISQ a initié en 1997 une démarche afin de mettre en place des mécanismes de concertation dans les différentes régions du Québec portant sur l’adaptation du système judiciaire et des services correctionnels à la réalité des personnes ayant une déficience intellectuelle.

Pour la région de la Capitale-Nationale, le processus d’adaptation du système judiciaire et des services correctionnels a débuté en 2002. Un comité de suivi coordonné par l’AISQ et l’OPHE fut formé avec le mandat de coordonner la suite des travaux devant mener à la mise en place d’un mécanisme de concertation régional sur la question.

L’entente de principe qui allait en résulter réunit désormais 26 partenaires formant un réseau d’intervention auprès des personnes présentant une déficience intellectuelle et ayant à vivre une expérience judiciaire. L’accès à l’égalité en est le principe directeur.